| La Guerre d'Afrique du Nord
 

SOUVENIRS D'ALGERIE

    
   
   
 

otice d'utilisation de la carte de la région de BISKRA (Algérie - Sud Constantinois)

La présente carte couvre la partie centrale de la zone d'action impartie habituellement à l'E.A.LA. 16.72 (environ de BISKRA). Le quadrillage correspond au découpage géographique adopté par les autorités militaires pour les besoins des opérations. Chaque carré a 10 km de côté, il est désigné par deux lettres et deux chiffres (Biskra est en PW77, Ménâa en RX 01). Les traits gras délimitent les zones interdites, désignées par un numéro à 3 chiffres (ZI.305, ZI.314) ; à l'intérieur de ces zones, toute circulation et toute activité humaine étaient prohibées. Les sites et les localités les plus fréquemment cités dans le journal font l'objet d'une signalisation particulière : en vert pour les montagnes (Djebel), en jaune pour les localités.
   
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir Cliqure pour agrandir
   
  La vie quotidienne d’une unité de l’Armée de l’Air,
durant les opérations de maintien de l’ordre en Algérie.
  Journal tenu par le S-Lt Frédéric B. (E.A.L.A 16/72)
durant une partie de son séjour en AFN. (Juillet 1958-mars 1959)
   
   
  Relevé des abréviations les plus fréquemment utilisées dans le texte
 
ALAT Aviation légère de l’Armée de Terre
CP Compagnie (par exemple 2° CP - 3° REI)
DP Division parachutiste
DZ Dropping Zone (zone d’héliportage ou de parachutage)
EALA Escadrille légère d’appui (désignée par son N° d’ordre: 2/72, 16/72, etc.)
GALA Groupement des EALA (Cdt installé à Telergma)
GMS Groupes mobiles de sécurité (unités composées de harkis)
OLAT Officier de liaison de l’Armée de Terre (détaché auprès d’une escadrille)
PC Poste de commandement Ex. = PC. Air, PG-OPS (opérations)
PER Pilote élémentaire de réserve
PGA Poste de guidage avancé
PROconvoi Protection aérienne d’un convoi routier (d° PRO-OPS : protection de troupes en opérations)
RAV Reconnaissance à vue (mission d’observation aérienne sur le terrain)
REI Rgt étranger d’infanterie (Légion Etrangère)
RTA Rgt de tirailleurs algériens
SATER Organisme de sauvetage sur terre (recherche des avions perdus ou abattus)
SNEB Roquettes utilisées par les T- 6
Straffer, straffing Mitrailler, mitraillage
T6 Type d’avion utilisé dans les EALA
ZI 306, 315 Zone Interdite désignée par son n0 d’ordre (zones évacuées par la population, circulation et séjour y sont interdits)
PER Pilote élémentaire de Réserve. Appelé titulaire d’un brevet de pilote et formé par l’armée pour voler sur les T.6. RAV = Reconnaissance à vue
PGA Poste de guidage avancé. Détachement constitué auprès du Cdt de l’opération pour les liaisons avec l’Armée de l’Air.
   
   
  1° Partie SETIF Juillet 1958
  L’escadrille 16/72, habituellement installée à Biskra, aux portes du désert et à proximité des Aurès, quitte sa base durant les mois de forte chaleur et rejoint l’EALA 2/72 sur le terrain de Batna, où l’altitude (1000 m. environ) rend les conditions de séjour nettement plus supportables. En juin 1958 un petit détachement a été envoyé sur la base d’Aïn-Amat (Sétif) pour renforcer l’escadrille locale en vue d’une grande opération qui doit être menée en Kabylie par la l0° Division Parachutiste. Je fais partie de ce détachement.
  Cliquez pour agrandir
   
 

Mardi 1er Juillet 1958 - Grand branle-bas de combat pour l’arrivée à Sétif du Général de GAULLE. Défilé, discours, cortège, suivis du dîner des personnalités dans les jardins du club Bernard de Lattre. Paiement de la solde. Venue à Sétif de Berthier et du PER1 Géhin, qui repartent avant midi. Départ en renfort à Batna de quatre avions sous la conduite du capitaine Gimbert, qui doit convoyer le 182 à Ambérieu jeudi matin.

Mercredi 2 Juillet 1958 - Pro convoi Guenzet -El Maïn avec Huet, suivie d’une balade vers Bougie et Kerrata. Je suis descendu à Sétif pour retenir ma place sur Air France et acheter une valise. Premier jour de grosse chaleur à Sétif.

 

Jeudi 3 Juillet 1958 - RAV dans le secteur de Pigalle derrière Spiess ; nous poussons une pointe jusqu’à Maillot. Retour de Ségard et de Jourdan, accompagnés du Lt Chayé. Le détachement à Sétif est ramené à quatre avions à partir de demain. Après de multiples ordres et contrordres, il est décidé que je pars en P.G.A. pour remplacer Rousseau auprès de la 10° DP, en opérations au dessus d’Akbou. Premier voyage en Alouette visibilité excellente, stabilité remarquable. Arrivée à la tombée de la nuit, souper à la popote officiers et dégustation dune excellente omelette au rhum, flambée comme il se doit.

Vendredi 4 Juillet 1958 - Le P.C. Opérations de la 10° D.P. auquel nous sommes rattachés est situé en NY 65 B 72 (Référence au quadrillage géographique en usage en Algérie) au nord dAkbou, à un km du Col des Chênes et à 4 ou 5 km du Col de Chellata. Terminé mon installation, fait connaissance avec les gens et avec l’opération en cours. Commandée par le colonel Meyer, l’opération regroupe le 2° RIMP (RPC) - Col. Lemire- et le 6° RIMP -Col. Romain Desfossés- Le P.C.Air est dirigé par le Lt-Col.Blanché (PC d’Alger Hydra), assisté par Rousseau et le Sgt Ordonnaud. Au total une vingtaine d’aviateurs et une installation, qui pour être de campagne n’en est pas moins excellente. Logement sous la tente sur des lits Picot. A midi, grâce à un convoi en provenance d’Alger, le mess nous offre du mousseux. Vu au dîner les principaux adjoints du Colonel Meyer : Cne Graziani, Cne Brochard, Lt Chatelet, etc. L’après-midi, bombardement massif sur le village, au sud d’Akbou (en NY 64 G11) où aurait lieu la réunion de la willaya. Accrochage au sud de Guenzet, dont les échos nous parviennent par la radio. Nombreuses coupures de route entre Chellata et le col.

Samedi 5 Juillet 1958 - J’ai pris mon tour de garde de 3 H à 6 H du matin. Rien à signaler à part un beau lever de soleil sur Bougie. Remplacement pour quelques jours du Lt Col. Blanché par le Cne Desnoyers. Arrivée d’une batterie de 155, qui fait l’après-midi ses premiers essais de réglage. Le toubib avec son air innocent continue de faire sur ses clients des expériences qui ne sont pas toujours appréciées par les intéressés, tandis que le Cne Brochard, avec sa verve intarissable de Pied Noir, nous raconte ses aventures. Rousseau retourne à Sétif après 18 jours de PGA.

Dimanche 6 Juillet 1958 - Journée calme par excellence. Quelques liaisons par Alouette (Col. Lemire sur Constantine, Col. Meyer sur Alger, Ordonnaud sur Tizi-Ouzou, avant de partir dans deux jours pour un autre PGA). Rancune 20 (Cne Gimbert, Cdt de l’EALA 16/72) doit revenir d’Alger dans l’après-midi.

hors la loi) Aucune perte chez nous. Le Col Lemire mange au PC. Arrivée de quelques. chars dans la journée.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Lundi 7 Juillet 1958 - Opération du 2° RPC dans l’oued le plus proche du camp en direction de Bougie. Lever à 4 h ½ pour l‘arrivée des Bananes et des Alouettes. L’opération se déroule sans incident jusque vers 14 h. Il y aurait 4 tués, 4 prisonniers et des armes saisies chez les HLL (

Mardi 8 Juillet 1958 - Le camp baigne dans le brouillard depuis le matin. Vers 9 heures, un Mistral prend feu dans la région de Chefka, prés de Taher. Le pilote saute en parachute; des recherches sont entreprises pour le retrouver. Le brouillard s’épaissit encore dans la soirée, si bien que l‘Alouette ne peut descendre à Akbou et que le Cne Desnoyers met une garde supplémentaire devant les tentes. Quelques coups de 155 sont tirés vers 1l heures du soir.

Mercredi 9 Juillet 1958 - Le brouillard, encore épais dans la matinée, se dissipe peu à peu. Visite rapide du Lt.Col. Blanché qui repart à Alger presque aussitôt. Ordonnaud rentre de Tizi-Ouzou par H 34 (hélico) tandis qu’une partie des soldats est relevée. Le Cne Desnoyers fait faire quelques travaux de fortification autour des tentes. Je prends le quart de 20 h à minuit.

Jeudi 10 Juillet 1958 - Baron 40 (De Philip) se crashe en T6 près de Tazmalt on le récupère tout de suite. Calme plat toute la journée. Petite opération des parachutistes entre le col de Chellata et celui de Tirourda pour réparer la piste. Le Col Meyer et le Col Blanché rentrent d’Alger. Tirs d’artillerie dans la nuit.

Vendredi 1l Juillet 1958 - Opération dans la région de Borj Boni. Ordonnaud et le Col. Blanché partent avec le PC / OPS. Je reste avec le Cne Desnoyers pour la retransmission. Journée assez animée au point de vue travail et résultats plutôt satisfaisants pour l’opération : 20 tués, 15 prisonniers, des armes et du ravitaillement, etc. Le Cne Desnoyers rentre à Alger. Contacté Rancune 20 de passage sur la route de Réghaïa.

Samedi 12 Juillet 1958 - Journée très calme. Aucune activité, si ce n’est celle causée par la visite du Général Jouhaud, accompagné des colonels Bonnet et Delachenal. Nous mangeons à trois heures de l’après-midi, non sans quelques murmures. Le Cne Brochard part au 2° RPC prendre le commandement d’une compagnie. Pas de courrier depuis huit jours maintenant.

Dimanche 13 Juillet 1958 - Deuxième dimanche sur le djebel sans pouvoir aller à la messe. Je pars à 3 h en opération avec le Col Meyer et le Col Blanché dans le secteur Iril Ali-Bel Ayel-Guelaa. Forte activité aérienne le matin, malgré une chaleur étouffante, sans grands résultats. Vers midi un Piper de Sétif (Picpus Gris) s’écrase au sol : les deux occupants sont tués. L’après-midi démontage de l’opération, dont les résultats sont maigres (3 tués, 4 ou 5 prisonniers). La chaleur a fait des ravages parmi les troupes et les hélicoptères doivent transporter près de 30 malades sur Iril Ali entre 5 H et 8 H. Retour vers 22 heures, malgré une courte panne de notre jeep.

Lundi 14 Juillet 1958 - Journée de repos. Au cours du démontage de l’opération, plusieurs réguliers du FLN ont été surpris dans les villages. A midi, repas amélioré au mess avec vins fins, mousseux, cigares et cognac. L’après-midi, liaison en Alouette sur Sétif avec le Col. Blanché. Je récupère tout mon courrier et discute un bon moment avec les gens de l’escadrille. Je demande ma relève pour un de ces jours.

Mardi 15 Juillet 1958 - Très peu d’activité. Le Col. Blanché et le Col. Meyer descendent à Alger. Vers 16 heures, coup de téléphone nous annonçant le démontage de l’opération pour demain matin. La nouvelle est joyeusement accueillie par tout le monde. La nuit, tempête de vent, qui emporte la moitié de la tente et du matériel.

Mercredi 16 Juillet 1958 - Je fais mes adieux à tout le personnel du PC et je rentre à Sétif en Alouette avec le S/C Thévenot. Je retrouve avec plaisir une escadrille sensiblement réduite et commandée maintenant par le Lt Chayé, le Cne Gimbert ayant repris le commandement à Batna. Chayé, Huet & Fritière attendent leur relève avec quelque impatience. Ma nomination de Sous-Lieutenant serait arrivée au GALA (à confirmer). Je trouve également mon titre de permission (10 jours) arrivé hier de Constantine.

Jeudi 17 Juillet 1958 - Liaison sur Batna avec le Lt Chayé. La plupart des pilotes de l’escadrille étaient à Batna à la suite d’un accrochage dans l’Ahmar Kraddou. Vieux est muté le 1° septembre à Alger. Epidémie d’angine sur la base. Confirmation de ma nomination comme sous-lieutenant à compter du 1° Mai 1958. Je demande une prolongation de ma permission.

Vendredi 18 Juillet 1958 - Calme et repos complet toute la journée. Lavage et repassage. Visite sur la base du général RADON, commandant I’ALAT (aviation légère de l’Armée de Terre).

Note : La base d’Aïn-Arnat sur laquelle nous sommes cantonnés est gérée par I’ALAT et commandée par le Col. CRESPIN (futur organisateur des J.O. de 1968)

  Cliquez pour agrandir
   
 

Samedi 19 Juillet 1958 - Schoen part en liaison sur Biskra et Batna avec Chayé. Il me ramène ma tenue et divers objets dont j’aurai besoin pour partir en permission. Repos toute la journée. Le soir souper en musique, le Colonel Crespin recevant des invités dans le jardin du mess.

Dimanche 20 Juillet 1958 - Toujours aussi calme. A 1l heures, messe à la chapelle. Avant le dîner, arrosage de mes galons de sous-lieutenant dans la chambre des pilotes. Après le repas, pris le digestif au mess des sous-officiers avec toute l’escadrille.

Lundi 21 Juillet 1958 - R.A.S.

 
   
 

Mercredi 23 Juillet 1958 - R.A.S. Calme plat.

Jeudi 24 Juillet 1958 - Toujours le grand calme. Liaison prévue, puis annulée, sur Biskra et Batna. Mr Allée part lundi en vacances au Maroc. Pick m’invite à loger chez lui durant mon séjour à Alger.

Vendredi 25 Juillet 1958 - RAV dans la région de Pibrac avec Fritière. Le service au mess est de plus en plus catastrophique : pas de place, une ½ heure d’attente à chaque repas, etc.

Samedi 26 Juillet 1958 - Pro convoi de Périgotville à Chevreul avec Huet qui vient de recevoir son nouvel appareil photo: balade à Djemila et sur la côte entre Zianah-Mansouriah et Bougie pour prendre quelques clichés. A partir de lundi, le mess officiers fermera pour réparations.

Dimanche 27 Juillet 1958 - Visite du Cne Gimbert, accompagné de Licari. Messe à la chapelle St Bernard. L’aumônier est très sympathique et prêche très bien. L’après-midi RAV dans les zones interdites au sud de Colbert et de Pascal. Straffé un mulet bâté dans la cuvette. Mon pilotage est en léger progrès.

Lundi 28 Juillet 1958 - Derniers préparatifs en vue du départ en permission. Ma prolongation est accordée (six jours).

Pour mémoire : Sétif-Alger par Air-France le 29/7 Alger-Marseille par vol militaire le 31/7

   
   
  II° Partie - Biskra : Octobre 1958-Mars 1959
  Journal repris au lendemain d’une permission en France, à l’occasion du mariage de mon frère Yves. En mon absence l’escadrille a repris ses quartiers d’hiver sur la base de Biskra.
   
 

Vendredi 24 Octobre 1958 - Je suis monté à Fourvière pour la messe de huit heures. Déjeuner chez M.& Mme Etienne, où j’ai fait connaissance avec leurs deux dernières filles (Catherine et Marie-Françoise) que je n’avais pas encore vues. Rangé des papiers et fait des comptes l’après-midi. Visite à M. le curé et à l’abbé, qui avait été rappelé en 1956 près de la Soummam et avec lequel nous avons beaucoup discuté de la situation en Algérie. Il me fait toujours la même impression de simplicité et de disponibilité. Je passe la soirée chez les Favier où l’on parle à nouveau de l’Algérie. Vu Michel et Charlie, fiancé avec Marie-Louise Pano, Geneviève qui fait la classe de 9° aux Minimes et les deux petits. Bonnes nouvelles de Bernard. Soirée très agréable.

Samedi 25 Octobre 1958 - Grasse matinée pour mon dernier jour de permission. Je prépare ma valise et achève de mettre de l’ordre dans mes affaires. A 13 h 30, je vais chercher Papa en gare avant de manger au déjeuner l’un des innombrables lapins de Maman. L’après-midi, petite visite au cimetière de Tassin sur la tombe familiale ; je termine la soirée en rangeant des timbres.

Dimanche 26 Octobre 1958 - Départ pour l’Algérie. Messe à 6 heures à la Cathédrale avec Bernadette. Je prends ensuite le train à 7 h ½ en direction de Marseille. Voyage sans histoire, le soleil réapparaît en route. Visite rapide aux cousins Bré, avant de prendre la navette qui m’emmène à Marignane. Embarqué dans le Bréguet Deux-Ponts à 15 h 20. Bonne traversée jusqu’aux Baléares, mais un peu de remue-ménage ensuite en traversant les cumulus. Pluie et temps grisâtre à Alger. Comme à l’ordinaire, il n’y a pas de chambre disponible. Je couche au centre d’accueil! de la garnison, non sans quelque dommage pour l’aspect extérieur de mon costume, mais c’est mieux que rien. Je prends le repas du soir avec un sergent des transmissions, arrivé dans le même avion que moi et qui rejoint Ouargla.

Lundi 27 Octobre 1958 - Lever à 5 h 30. Je récupère ma valise à la consigne et prends le car d’Air Algérie à 6 h 30 pour Maison Blanche. Formalités habituelles et décollage à 8 h05. Petit déjeuner à bord ; nous nous posons à Biskra à 9 h 30, sous la pluie. Toute la base nage dans la boue et l’eau a tout envahi : un vrai bourbier ! Je dis bonjour à tout le monde, ouvre le courrier arrivé en mon absence. J’ai notamment reçu mon nouvel appareil photo (un FOCA) et ma cellule. Duhaumont et Jourdan partent en convoyage à Bordeaux.

Mardi 28 Octobre 1958 - Toujours de la boue et même de l’eau dans notre chambre. Le temps semble toutefois s’améliorer lentement. Volé à 8 h au nord de la Z.l.307 derrière Thomazo, qui a décidé de se laisser pousser la barbe. Nous remettons la tenue bleue hivernale. Je touche une paire de bottes et accompagne Boissy, qui prend l’avion militaire pour partir à son tour en permission. Nous apprenons l’élection comme pape du Cardinal Roncalli, patriarche de Venise et ancien nonce en France(Jean XXIII).

Mercredi 29 Octobre 1958 - Journée tranquille. Une RAV derrière Bruguière en ZI 314 Sud au cours de l’après-midi. Je suis désormais chargé de la chancellerie je taperai les projets de citation à la machine ; cela m’occupera les jours de chômage. Bridge le soir : les traditions reprennent..

Jeudi 30 Octobre 1958 - RAV à 6 h 30 derrière Guigue en ZI 304 Sud. Nous tirons quelques SNEB (roquettes). Tapé ensuite quelques citations jusqu’à midi. Reçu une carte d’Yves et Colette, dont le voyage de noces s’achève. Le soleil brille à nouveau depuis 48 heures et l’on commence à moins patauger dans la boue. Sieste pendant la plus grande partie de l’après midi.

Vendredi 31 Octobre 1958 - J’ai passé le plus clair de mon temps dans les airs une RAV le matin avec Le Boucher en ZI 315 sud, une RAV l’après-midi en 307 avec Rivayran et le soir bombardement de nuit en 307 (à nouveau derrière Le Boucher). Le Lt Thomazo dérape sur la piste en atterrissant et embourbe son avion dans l’herbe avoisinante encore gorgée d’eau. Heureusement, pas de dommages sérieux, mais le surnom de ‘Tom la Luzerne’ lui restera attaché pour un bon moment !

Samedi 1er Novembre 1958 - RAV avec Rivayran sur la face nord de l‘Ahmar Kraddou. J’ai dormi à moitié tout le jour, sans doute à cause de l’heure tardive de notre coucher (1 h 30 du matin, suite au vol de nuit). L’après-midi, messe sur la base à 17 h 15. Dans la nuit, incidents répétés entre les soldats de garde et quelques sous-officiers éméchés. Tous les adjudants qui logent avec nous dans la baraque Nyssen étaient en effervescence et Malochet brassait de l’air à son habitude!

Dimanche 2 Novembre 1958 - Messe à 1l heures dans la chapelle de la base. L’après-midi RAV et bombing en ZI 315 (Mezbel, Takiout) derrière Le Boucher. Un T6 de Tébessa -Cabot Vert Leader- se crashe près de Négrine.

Lundi 3 Novembre 1958 - Tapé le matin quelques citations. Après le repas, RAV en ZI 303 & 304, toujours avec Le Boucher. Tiré 4 ou 5 mulets en bordure de zone. Messe des morts à la chapelle (17 h 15).

Mardi 4 Novembre 1958 - RAV avec Guigue en ZI 307. Nous tirons encore une fois sur des mulets qui déambulaient sur la face sud du massif. L’après-midi, je travaille à fond de train pour la chancellerie, afin de mettre un peu d’ordre dans des dossiers qui, pour une bonne part, sont dans une infâme pagaïe. L’OLAT (officier de liaison de l’Armée de Terre) rentre de Batna où il participait à une réunion de travail avec le P.C. Air.

Mercredi 5 Novembre 1958 - Pluie et boue sur toute la base (refrain connu). Passage de Maurice Demeure, qui vient me rendre visite avant de poursuivre en direction de Touggourt, où il souhaite faire quelques photos en couleurs. Après avoir discuté un bon moment avec lui, je le descend en voiture jusqu’à Biskra ; il espère être libéré en janvier après quelques 22 mois d’AFN. Il m’a invité à passer le voir à Constantine, mais je ne sais pas si l’occasion s’en présentera vraiment. L’après-midi, briefing et vol avec Grenier: largage de courrier à M’chounech et petite RAV en ZI 315 sud. Nous avions l’impression curieuse de voler dans un aquarium!

Jeudi 6 Novembre 1958 - Le soleil ressort, mais on patauge encore pas mal : la cigogne du GATAC est à son aise ! Je fais du courrier le matin et après le déjeuner une RAV en ZI 303 avec Rivayran. RAS. Reçu de François son premier tableau d’honneur, accompagné d’une place de 1° en composition (il est entré à ND des Minimes il y a quelques semaines). Grande joie de l‘intéressé ! Le jeu de fléchettes est en grande mode actuellement à l’escadrille.

Vendredi 7 novembre 1958 - RAV en ZI 307 avec Le Boucher : rien à se mettre sous la dent, c’est le vide complet ! L’après-midi sieste, lecture et correspondance. J’ai eu par Melle Gardet quelques nouvelles de St Etienne. M. Monasse est parti à Châlon sur Marne, il y a maintenant 3 contrôleurs et M. Coindot s’est marié. Cela fait pas mal de changements !

Samedi 8 Novembre 1958 - J’ai fait un peu de courrier et mis de l’ordre dans mes affaires avant d’aller faire un tour en ZI 314 derrière Bruguières. Une RAV routine sans rien de bien intéressant ; Le Boucher s’est par contre fait tirer dessus au nord du Mezbel. Duhaumont et Jourdan sont rentrés de leur convoyage en France. Reçu un petit mot gentil d’Yves et Colette. Je trie et classe les dossiers chancellerie en fin d’après-midi.

Dimanche 9 Novembre 1958 - Repos toute la matinée. Je bouquine jusqu’à la messe, à onze heures. Le colonel avait des invités à sa table, de sorte que je n’ai pas pu manger avant de partir en mission à 13 h. Arrivée du S.Lt Pagé, un biffin de Tolga, qui vient faire un petit stage à l’escadrille. Passage du Cne Forget et d’Arbaut, venus pour une RAV prisonnier. (vol de reconnaissance - en Broussard - avec un FLN capturé - pour lui faire préciser cheminement et lieux de séjour).

Lundi 10 Novembre 1958 - Repos toute la journée, la forme n’étant pas des meilleures. Le toubib me donne diverses drogues à absorber durant les prochains jours. Arrivée à l’escadrille du Cne Moustéou (RIC Biskra) pour un stage à l’EALA. Je descends en ville acheter des dattes et quelques autres bricoles. Je fais cirer mes souliers par un petit arabe; compte tenu de la boue qu’il y a partout, cela n’a pas d’autre utilité que de subventionner le commerce local ! L’après-midi, je lis, j’écris et je tape des citations.

Mardi 1l Novembre 1958 - Pluie toute la journée. Tous les sommets sont accrochés et la RAV à laquelle je devais participer est annulée. Je reste donc au sol pour la troisième journée consécutive. Le matin défilé à Biskra : les aviateurs se seraient un peu accroché avec le colonel commandant le secteur. Au mess repas amélioré avec lapin et vins fins. Je fais un bridge l’après-midi. Bruguières et Guigues partent en convoyage pour Ambérieu, accompagnés de Launay et Mermet (mécanos). Longuet qui est muté à Lahr fait son arrosage d’adieux. Le soir le vent se lève et tourne à la tempête.

Mercredi 12 Novembre 1958 - Le vent souffle toujours avec force et nous glace littéralement. Je vole à 8 heures avec Le Boucher dans le Mezbel ; compte tenu de la météo, nous sommes secoués comme dans un panier à salade. Je fais du courrier après le déjeuner. L’escadrille accueille un nouveau stagiaire du RIC, le Cne Labarre,

Jeudi 13 Novembre 1958 - (24 ans et ½) Je vole à 8 h avec Géhin dans le sud des Béni-Melloul, puis de nouveau en début d’après-midi dans la ZI 314 (derrière Spiess). Les sommets sont accrochés, mais nous trouvons des traces récentes et très visibles d’activité au sud-est de la zone. Le soir au cinéma, on nous passe "Le journal d’un curé de campagne". C’est un beau film, quoique un peu dur et je ne regrette pas d’avoir pu le voir de nouveau. Thomazo et Rivayran partent pour La Réghaïa, d’où ils nous ramèneront deux nouveaux avions pour l’escadrille.

Vendredi 14 Novembre 1958 - J’ai fait une ronde autour de la base cette nuit à 2 h 30 avec le maître chien. A 8 heures, vol dans le Dj. Takiout derrière Le Boucher. Rivayran rentre de la Réghaïa avec un nouvel avion. Visite sur la base du Colonel Menu, commandant de la Z.D.A. L’après-midi, j’accompagne Spiess dans le Dj. Ksoum pour une mission de harcèlement et je touche une nouvelle "moumoute" (anorak avec col de fourrure réservé en principe aux navigants)

Samedi 15 Novembre 1958 - Décollage à 8 heures derrière Rivayran pour une RAV en ZI 314. Nous intervenons au profit de Préparateur Bleu accroché près de Drauh : 8 HLL tués, 1 prisonnier. Un T6 de Batna s’écrase en raison de conditions météo très difficiles. Les deux occupants sont tués, dont un mitrailleur-observateur de la promotion de Bosser. Arrivée en tournée d’inspection d’un lieutenant-colonel du GATAC et d’un autre du service de santé. Nouvelle RAV à 13 h dans le Dj Lakhal, le Makhlouf et les environs (zone située au N.O. de Ménâa), derrière Géhin. Fin de stage pour le Lt Fage, qui retourne à Tolga.

Dimanche 16 Novembre 1958 - Vol à 1l h00 derrière le capitaine Arnaud en RX 40 (au delà du Mezbel) nous guidons des Corsairs équipés de bombes de 1.000 LBS sur des casemates enterrées que nous avions repérées dans la ZI 315. Bons résultats apparents et des gerbes de terre impressionnantes. Visite du Capitaine Forget, accompagné de Licari ; ils viennent pour une RAV prisonnier dans le secteur. Je les accompagne l’après-midi en ZI 314 pour une RAV suivie du guidage d’un Dassault équipé de SS 1l sur des campements rebelles. Arrivée du Lt Chanel, du 7° RTA, pour un stage à l’escadrille. A la suite d’un article paru dans la presse sur l’attachement ( ! !) du Lt Kappès - officier d’administration de la base pour les nomades du désert, le Cne Labarre fait apporter à l’intéressé par deux harkis déguisés un chameau "offert par la population" (il s’agit en fait d’un animal pris aux rebelles il y a quelques jours). La farce a l’air de marcher, même si l‘intéressé est visiblement plus embarrassé que content de cet encombrant cadeau.

Lundi 17 Novembre 1958 - Vol à 10 h avec Le Boucher dans le Lakhal et le Makhlouf. Le Cne Labarre du RIC (auteur de la farce faite hier à Kappès) commence son stage parmi nous. Je fais du courrier et même un peu d’anglais durant l’après-midi, sans oublier une ou deux citations. Reçu des nouvelles de Pick, toujours à Alger.

Mardi 18 Novembre 1958 - Vol à 10 h derrière Rivayran dans le Dj. Bouss. Nous tirons sur des emplacements de combat aux ordres de "Calcin 71 (indicatif rado du Broussard du P C Air), sans grands résultats semble-t-il. Arrivée d’un nouvel aspirant, Boyer, qui a fait les E.O.R. dans ma promotion, mais qui, pour des raisons médicales, a traîné jusqu’à maintenant avant de recevoir une affectation en escadrille. Réception soignée le Sgt Jourdan joue le rôle de capitaine, le Cne Arnaud s’est fait un personnage assez réussi de Sgt-chef râleur, Deplat est déguisé en officier de tirailleurs algériens et je suis pour ma part officier des services administratifs, tatillon et grincheux à souhait. Le malheureux Boyer a failli ne pas résister à l’épreuve, surtout lorsque le biffin Deplat lui a fait faire en T6 un vol aussi catastrophique que possible.

Mercredi 19 Novembre 1958 - Fête de ma soeur Elisabeth : j’ai complètement oublié de la lui souhaiter. Notre nouvel aspirant, qui a bien récupéré, fait maintenant son vrai tour de piste et s’initie à la vie de l’escadrille. Arrivée d’un sergent-chef qui vient relever Léonard (un de nos mécaniciens, si j’ai bonne mémoire); J’ai volé en ZI 314 derrière Jourdan, (le "Chibani " = le Vieux), qui effectuait non sans mélancolie, son dernier vol avant de retourner à la vie civile. Grand apéritif au bar en son honneur; nous nous attardons ensuite au mess officiers en compagnie de l‘équipage d’un Piper, en détachement pour trois jours sur la base de Biskra.

Jeudi 20 Novembre 1958 - Volé à 8 h30 derrière Le Boucher en RW 49/58 (ZI 315, région d’El Baal, Tadjine etc.). Après les diverses libations d’hier, personne n’était très frais ce matin à l’escadrille. Je mets un peu d’ordre dans mon courrier, la pluie recommence à tomber au moment même où le colonel venait de faire répandre du sable sur es parties les plus boueuses de la base.

Vendredi 21 Novembre 1958 - Visite du commissaire des bases et revue du matériel de couchage. Boissy (S/Lt obs.) rentre de permission par le vol régulier. A 13 h RAV derrière Grenier dans le Djebel Bouss, le Lakhal, le Meklouf, etc., tout en surveillant le convoi de Nouadeur à Ménâa. L’un des camions tombe dans le ravin : lourd bilan : 19 blessés, dont 12 graves que l‘on évacue sur Biskra par une Banane. Un Nord sanitaire viendra en chercher 5 dans la nuit pour les transporter à l‘hôpital d’Alger. Comme d’habitude, cet accident a entraîné une vraie pagaille à tous les niveaux de l’armée et il a fallu remuer ciel et terre pour obtenir cet avion.

Samedi 22 Novembre 1958 - Rav en ZI 314 avec le Lt Duhaumont. Les stages se succèdent à l’escadrille : le Lt Chanel et le Cne Turban rejoignent leurs unités, tandis qu’arrive le Lt Blesch de la Légion Etrangère. Une note de service vient modifier, pour la xème fois en quelques semaines la présentation des citations ; cela me démolit le travail d’un bon mois ! J’ai reçu une grande lettre de François.

Dimanche 23 Novembre 1958 - Je n’ai pas volé aujourd’hui. A 1l heures messe à la chapelle de la base, célébrée par le même Père Blanc que d’habitude. J’ai passé l‘après-midi à bouquiner " Le Signe de Jonas " par Thomas Merton et entamé avec Thomazo une grande conversation sur les moines. Il est question d’un vol de nuit, auquel je ne participerai pas.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Lundi 24 Novembre 1958 - Très peu de vols aujourd’hui, l‘escadrille étant en sensible avance sur la courbe théorique (des heures de vol). Arrivée d’un nouveau stagiaire, le S/Lt Gerrier de Baniane. Décollé à 1l h 45 pour une RAV surprise dans le Djebel Guitoune, où des fellaghas auraient été repérés par le poste d’El Oudja. Nous sommes revenus manger un morceau vers 15 h. Le soir nous faisons un bridge avec Boissy, Degrigny et Thomazo. qui est très fier du succès de son père aux récentes élections (le Colonel Thomazo s’était en effet lancé dans la politique après le retour du Général de GAULLE aux affaires).

Mardi 25 Novembre 1958 - RAV vers El Baal derrière Thomazo. Nous faisons du straffïng et tirons quelques roquettes, car on observe des signes d’activité récentes. Je classe des photos l’après-midi avec Déplat et je retape des citations selon les nouvelles directives; Je vais bientôt, me dit le capitaine, en préparer une pour moi. Demain grande opération de bombardement dans la région de Chevreul : on parle de 90 T6 ! Nos officiers se demandent si le Cdt Legrand (patron du Gala) ne recherche pas une décoration ou une promotion. En tout cas une belle pagaille en perspective. Nous entamons des pourparlers en vue de l’achat de quatre moutons, car la St Eloi, fête des mécanos, approche.

Mercredi 26 Novembre 1958 - Le bombardement de l’année n’a pas eu lieu. Après ordres et contrordres, nos pilotes qui s’étaient levés à 4 h ½ ont décollé finalement à 6 h 45 pour larguer leurs bombes sur El Baal en ZI 315. On annonce la visite du général Rouget pour demain. Nous descendrons à Biskra avec Boissy et Boyer chercher un sergent de la harka qui doit nous aider à négocier l’achat des moutons. Finalement l’affaire ne se conclut pas, notre expert jugeant les prix trop élevés. Nous reviendrons dans deux ou trois jours voir si les conditions du marché sont plus favorables. Nous discutons philosophie avec Boissy durant une partie de l’après-midi. Le soir, bridge après le dîner.

Jeudi 27 Novembre 1958 - Bien que nous l’ayons attendu une grande partie de la matinée, le Général Rouget ne viendra pas. Son déplacement a été décommandé en raison d’une météo jugée défavorable. Le Général Maurin, commandant l’artillerie antiaérienne, vient inspecter Biola et les quelques dix soldats placés sous ses ordres. Visite du Cne Voizard venu d’El Oued en Broussard. Le capitaine Arnaud part pour deux jours en permission à Alger d’où il doit ramener son épouse. Je vole le soir avec Déplat (" RAV Elections ") ; nous larguons du courrier à Baniane et tirons quelques rafales sur un guetteur installé au dessus de Djémorah.

Vendredi 28 Novembre 1958 - Journée de repos en ce qui concerne les vols. Je tape des citations. Visite du Lt-Col. de Saint-Venant (Cdt le P.C. Air), accompagné du Col. Sengès, de la 13° DBLE, et de Felce. La Miss (assistante sociale) arrive de Batna et l’aumônier revient d’une tournée dans le sud saharien. Disparition de deux Corsairs de Telergma partis en RAV dans le Djebel Mimouna (NY 66) : les recherches se succèdent tout l’après-midi avec un Nord, un Dassault, des Corsairs et une douzaine de T6. Les deux avions sont finalement retrouvés près de Bemelle, à l’ouest de la ZI 309. On suppose qu’ils se sont plantés en faisant du VSV (vol sans visibilité) pour rentrer à Telergma. Visite du Lt Pelletier, chargé de la solde au Gala, et de son successeur désigné.

Samedi 29 Novembre 1958 - J’ai fait du courrier tout le matin ou presque. Après le repas, je vole avec Géhin sur la pente nord de l’Ammar Kraddou, ainsi qu’à M’Chounech et Baniane. Arrivée d’un nouveau stagiaire (S/Lt Lafont du 7° RTA). Grande discussion au mess sur l’Algérie, la démocratie, Mendés-France et.. Françoise Sagan. Comme d’habitude, l’OLAT et Boissy ont défendu des points de vue diamétralement opposés sur tous les sujets. Grande nouveauté sur la base : l’officier de semaine est remplacé par un officier de jour ! Le Cne Arnaud logera désormais en ville, sa femme et sa fille étant arrivées hier par le vol régulier d’Air-Algérie.

Dimanche 30 Novembre 1958 - Nous avons passé, Thomazo et moi, toute la matinée à Biskra pour mener à bien l’achat des moutons nécessaires au méchoui. Après d’interminables palabres nous avons fini par acquérir 3 bêtes à 12.500 frs pièce. C’est cher, mais il fallait en passer par là ou annuler le méchoui. A midi, repas particulièrement médiocre au mess, ce qui a provoqué pas mal de protestations. L’après-midi R.A.V. sur l’Ammar Kraddou, transformé ensuite en mission photo: nous poussons jusqu’à Timgad.

Lundi 1° Décembre1958 - J’entame mon 20° mois de service. Je n’ai pas volé de la journée. Le Lt Philippe du 47°B.I. se révèle définitivement inapte aux sorties aériennes ; il a à moitié rendu l’âme ce matin au cours d’une RAV. Le soir grand méchoui de la St Eloi, avec la participation des capitaines Labarre et Moustéou, de quelques harkis de Biskra, dont le Sgt Hassen, de deux assistantes sociales et de la plupart des officiers de la base, sauf bien sûr le colonel. Soirée très réussie : le méchoui était excellent, les boissons abondantes et la bonne humeur générale. Les relations Air-Terre ont plus progressé aujourd’hui qu’à l’occasion de dix stages d’appui aérien.

Mardi 2 Décembre 1958 - Le Lt Blesch est reparti plutôt à contrecoeur à Zribet-el-Oued, car il espérait bien faire durer son stage jusqu’à vendredi. Arrivée d’une équipe de l’Action Psychologique de la V° R.A., qui doit nous faire une conférence demain. J’ai volé à trois reprises aujourd’hui : une RAV dans les Béni-Melloul avec Rivayran, une protection convoi Baniane M’Chounech en compagnie de Duhaumont, enfin un bombardement dans le Takiout derrière Le Boucher. Fini la journée par un bridge qui s’est prolongé jusqu’à 23 h 30.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Mercredi 3 Décembre 1958 - Lever à 6 h 30 pour aller chercher en jeep avec Duhaumont à l’hôtel Transat de Biskra le Cne Arnaud, Thomazo et l’OLAT. Pluie tout le matin et donc pas de vols. L’après-midi petite éclaircie, ce qui me permet de faire une RAV en ZI 304 avec Le Boucher. Conférence de l‘Action Psychologique sur les thèmes d’actualité élections, constitution et problèmes annexes. Rien de bien nouveau, mais des discussions intéressantes. L’avion de Kenchela qui faisait Touggourt et qui avait atterri ici en raison des conditions météorologiques tombe en panne ; il sera sans doute immobilisé quelques jours.

Jeudi 4 Décembre 1958 - RAV le matin en ZI 314 avec Spiess et après déjeuner, derrière Ecoffet, en ZI 304 & 305. Les examens de CSAL se déroulent aujourd’hui à Biskra pour les pilotes du Constantinois. De ce fait beaucoup de visites et de va-et-vient : Cdt Héliot, Cne Blanc et du coté des candidats des pilotes de Sétif, Bône, Tébessa, Kenchela et le Lt Durand, Cdt la 1/72 (Sétif). Arrosage de départ des A/C Léonard et Balland qui rentrent à Luxeuil. Naissance de Nicolas Thomazo, fils du Lt. Cinéma le soir : " Rue de l‘Estrapade ", petite comédie sans prétention, mais fort agréable.

Vendredi 5 Décembre 1958 - Décollé deux fois pour une pro héliportage à 10 kms à l’ouest de Djemmorah (palmeraie d’Aïn-Slat) ; Coup de main sans grands résultats apparents. Les derniers candidats au CSAL, ainsi que les autorités, rentrent ce matin dans leurs bases respectives. Thomazo part pour Alger, Balland et Léonard s’envolent pour la France. Il est question que Boissy parte en stage au GATAC (Commandement des Forces aériennes d’appui dans le Constantinois). Visite éclair du Cdt Legrand, patron du GALA.

Samedi 6 Décembre 1958 - RAV avec Grenier en ZI 315 (Mezab, El Hammam, Kebach) et au retour bombing à douze T6, 4 Corsairs et 4 Mistral en RX 03 (Est de Mac-Mahon) dans le cadre d’une opération combinée. Comme d’ordinaire, quand il y a tant d’avions en l’air, c’est la pagaille. Cabri Noir se dispute avec Mercure 20, les Mistral mitraillent des positions tenues par les biffins et Rancune Brun, privé de radio, exécute les manoeuvres à contretemps. Si les résultats sont bons, ce sera par le pur effet du hasard. Le S/Lt Lafont rentre à Mac-Mahon, son stage terminé. Je reçois les dernières photos que j’ai tirées avec mon nouveau Foca : elles sont bonnes dans l’ensemble, notamment les vues de Timgad.

Dimanche 7 Décembre 1958 - Journée de repos complet. Pas de vol. Messe à 11 h. Le soir projection de diapos en couleurs au mess. Arrivée de deux nouveaux stagiaires le Capitaine Collet qui remplace le Cne Labarre (Action Psychologique et Harkis) et le Lt Mialet, qui a, je crois, remplacé notre OLAT à la 2° Cie du 4° R.E.I ; il est en outre cousin de Thomazo, lequel rentre d’Alger, où il était allé rendre visite à sa femme et à son fils. Le 24° R .I.C. doit prochainement quitter la région et sera remplacé par le 2° R.I.C. L’assistante sociale part en tournée dans le sud.

Lundi 8 Décembre 1958 - Fête de l’Immaculée Conception : illuminations à Lyon. J’ai volé à 9 h derrière Duhaumont, malgré une météo assez défavorable. Nous larguons un courrier à Zribet-el-Oued pour le Lt Blesch. L’après-midi, le Lt Le Boucher parti pour un straffïng de grottes à priori, tombe sur des fellaghas en ZI 315 (RW 48). L’action est poursuivie par le Cne Arnaud et par Ramel Jaune, venu en renfort. Résultats inconnus ; le communiqué de 1’E.M. dira selon la formule consacrée: ‘Pertes certaines, mais non dénombrées’.

Mardi 9 Décembre 1958 - Exploitation des découvertes d’hier. RAV et guidages dans tous les coins connus de la ZI 315 sans résultats marquants. RAV derrière Duhaumont dans le Mezbel. Le gérant du mess aurait été mis aux arrêts de rigueur pour détournements. Les mesures prises par le Colonel et par Baudroux pour combler le déficit provoquent des tempêtes au mess officiers. Retour (enfin) de Guigue et de Bruguières, partis en convoyage à Ambérieu depuis le 1l novembre.

Mercredi 10 Décembre 1958 - Continuation des RAV et des guidages en ZI 315. Je vole derrière Rivayran en guidage Corsairs avant de larguer du courrier à Baniane. Réunion à Biskra des commandants d’escadrille. Visite du Col. Duval, du Lt-Col Loridan (un nouveau, très bien), du Cdt Legrand, toujours aussi hargneux et grincheux, du Cdt Héliot, etc. etc. Vu aussi le Lt Forget de Batna (qui se pose sur la piste en terre !), le Lt Chrétien, le Lt Potard de Sétif. (le Lt Durand va être relevé). Le soir dîner à l’hôtel Transat avec participation du Col de Saint-Venant et du Cne Forget (naturellement). Un détachement de 12 Pipers devrait arriver ici en fin de mois pour la surveillance des travaux du pipe-line. De la compagnie en perspective au mess et dans les airs !

  Cliquez pour agrandier
   
 

Jeudi 1l Décembre 1958 - RAV avec Duhaumont dans la vallée d’El Baal, Tisdein, Reskel et Tadjine (RW 49/58) ; rien d’intéressant à se mettre sous la dent. Calcin 71 déclenche un guidage sur des ruches à Djéminah, tout fier qu’il était d’avoir découvert ce qu’il pensait être des silos. J’ai tapé des citations une bonne partie de l’après-midi, le GALA m’en ayant retourné tout un lot. Les commandants d’escadrille sont rentrés chez eux, tandis que Boissy se traînait, à moitié HS toute la journée. Il doit partir lundi au P.C. Air. Le 24° et le 2° R.I.C. sont en train de faire mouvement dans le cadre de leur relève. La plupart des missions du jour ont été consacrées à la protection des convois correspondants.

Vendredi 12 Décembre 1958 - Protection des légionnaires de Zribet en opérations à l’est de Dermoune (RW 58).RAS. J’ai piloté une heure durant, derrière Duhaumont, et nous avons vu beaucoup de gazelles en rentrant en rase-mottes en bordure du désert. L’après-midi, vol annulé en raison des turbulences qui régnaient dans le Dj. Mezbel et le Takiout. Je me débats toujours au milieu de citations qui n’avancent guère (changement de présentation, va-et-vient entre les diverses autorités, etc.). Visite du Lt Baquet (GH2 de Biskra) et du Cne Pompidou, Cdt la 2° Cie du 4° R.E.I.., ex-patron de notre OLAT.

Samedi 13 Décembre 1958 - J’ai fait du courrier toute la matinée et commencé la citation de I’OLAT. Après le déjeuner, RAV en ZI 315 avec Le Boucher. Nous découvrons un petit groupe de chameaux en RW 48 ; nous les mitraillons et guidons sur le site une patrouille de Mistral qui tirent au canon et lâchent leurs B.S. (napalm). les deux tiers des chameaux restent sur le terrain et leur chargement brûle. J’arrose mes 500 heures de vol au mess. Fin de stage pour le Cne Collet et le Lt Mialet, qui ont passé toute la semaine à l’escadrille.

Dimanche 14 Décembre1958 - Messe à 1l heures avec notre Père Blanc habituel, qui est toujours dans les nuages et promène un air de cadavre ambulant. Timide tentative de vol derrière Bruguières. La pluie nous oblige à rentrer; le temps restera très frais et humide jusqu’à la fin de la journée. En tant qu’officier de jour, j’ai fait un tour à la troupe, à la semaine et au poste de garde : RAS. L’équipe de foot de la base est allée à El Oued; les joueurs étaient fatigués et gelés, mais contents du voyage et de leur victoire.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Lundi 15 Décembre 1958 - Réunion du Conseil de discipline qui doit statuer sur le maintien d’Herrero sous les drapeaux à titre de sanction. Décision : dix jours de maintien, ce qui n’est pas trop sévère. Il sera chez lui pour Noël. Départ de Boissy pour le P.C. Air à Batna. Vol le matin derrière Spiess en ZI 315 C et le soir avec Bruguières dans le même secteur. (y compris la mechta aux lauriers roses d’Adjoul Adjoul). Exercice d’alerte, toujours aussi peu réussi qu’à l’ordinaire! Je fais une ronde le matin de bonne heure avec le maître-chien. Reçu de la BDF un double mois à l‘occasion de Noël.

Mardi 16 Décembre 1958 - RAV en ZI 315 (Béni Melloul) avec le Lt Duhaumont. Pas mal de vent et par conséquent de tabassage. J’ai passé toute l’après-midi à mettre de l’ordre dans les citations. Le GALA commence à nous casser les pieds ; il pense sans doute que nous avons une dizaine de secrétaires ! Visite de Vigier~Lafosse* (Rêveur 40) venu en balade avec son commandant d’escadrille. Il pense pouvoir rentrer à Meknès (école de formation) ainsi que Lesseney d’ailleurs, qui a été reçu au concours P.N. Visite annoncée du Général Cdt l’Aviation Légère pour vendredi ou samedi.
Note : Vïgier-Lafosse et Lesseney ont servi à l’escadrille comme P.E.R.

Mercredi 17 Décembre 1958 - Fait du courrier toute la matinée. Ensuite Pro-convoi M’Chounech-Drauh-M’Chounech-Baniane avec trois ou quatre convois différents, pas du tout opérationnels. Le soir, RAV avec Géhin en RW 48. Découvert deux casemates en construction. Au mess, inauguration du système des repas avec tickets. Nous avons vu au cinéma "La grande Aventure", film suédois racontant les aventures de deux enfants et d’une loutre. Histoire très poétique, illustrée de photos magnifiques.

Jeudi 18 Décembre 1958 - Visite du Cdt Chabrier, officier de renseignement du GATAC, et du S/Lt Sussel, en tournée, moitié travail, moitié tourisme, dans le secteur. Elections à la commission du mess : je suis élu membre titulaire au titre "officiers". Vol en ZI 338 D derrière Guigue. Straffé un mulet et des chèvres malgré un peu de turbulence. Départ de l’aspirant médecin Ragut. qui rejoint demain Maison-Blanche. Reçu deux paquets : l’un de Madeleine Mergoux avec un livre et des friandises, l’autre, assez varié, du service social de la Banque.

Vendredi 19 Décembre 1958 - RAV en RK 40 derrière Leboucher. Le soir, vol de nuit et participation à un bombing sur un camp rebelle dans les Béni-Melloul. Mis un peu d’ordre dans mon courrier. Ragut part à l’avion de midi, ainsi que Kappès, Boite et Degrigny qui s’en vont en permission.

Samedi 20 Décembre 1958 - RAV derrière Géhin en ZI 315 Sud, depuis le Dj. Guechich jusqu’à Sidi Masmoudi. L’après-midi, arrivée du Général Belleux, commandant l’Aviation Légère, en tournée d’inspection. accompagné du Cdt Héliot et du Cne Blanc. Ce digne général n’a pas l’air très percutant : un bon père de famille, fonctionnaire tranquille, qui a une bonne place et ne tient pas à la perdre. Telle est du moins l’impression qu’il nous donne. Le soir, Leboucher et l’OLAT partent au pot d’adieux du Cne Forget. qui quitte Batna et le PC Air pour rejoindre le cabinet du général Challes à Alger.

Dimanche 21 Décembre 1958 - Grasse matinée et messe à 1l heures. Vol avec Rivayran dans la ZI 314 Nord. Le Cdt Legrand, dit "Gala Soleil" ou "l’As de Guerre" largue des roquettes sur le 7° RTA de peur de manquer sa palme. Intercepté par le Cne Forget et obligé de se poser à Telergma, où il a eu une explication orageuse. De Saint-Venant, qui n‘attendait qu’une occasion pour lui régler son compte, s’en donne à coeur joie et répète l’exploit à tout un chacun.

Lundi 22 Décembre 1958 - Volé trois fois aujourd’hui malgré une météo détestable, d’abord avec Spiess, puis avec le Cne Arnaud, enfin avec Déplat. Découvert en RW 48 une nouvelle casemate assez récente. Installation d’une table de ping-pong à l’escadrille. Je commence mes cartes de voeux pour le Nouvel An.

Mardi 23 Décembre 1958 - Travaillé aux citations la plus grande partie de la journée. RAV en ZI 314 avec Duhaumont. RAS. Départ du Lt Thomazo pour sa permission de Noël.

Mercredi 24 Décembre 1958 - Météo défavorable, s’aggravant même en cours de journée. Vol avec Grenier pour une Pro-Ops près de Tletz, mais nous n’avons pas pu intervenir en raison du plafond. Deuxième vol derrière Leboucher en RW 48 et 58. Beaucoup d’activité dans ce secteur. Le Colonel a fait reprendre la table de ping-pong, ce qui a provoque un incident assez vif avec la Miss. Préparation de la fête de Noël. Messe à 22 heures, où j’ai été servant et où j’ai lu les textes. Réveillon à minuit avec l’apparition de Mme Arnaud. Sa venue n’a pas du tout détruit l’ambiance, mais la fête a gardé grâce à elle la tenue qui convenait pour un soir de Noël. J’ai reçu un colis de a Banque et un autre de la famille, avec les cadeaux de chacun.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Jeudi 25 Décembre 1958 - Le premier Noël que je ne passe pas à la maison, hormis celui de 1947 où j’étais parti à l’Alpe d’Huez avec la famille Thiaude. Lever à 8 H ½, heure à laquelle le sergent-chef de la Gendarmerie m’apporte le café à domicile. Le silence le plus complet régnait sur les OPS, où à part l’équipage d’alerte, il n’y avait pas un chat L’OLAT mangeait en ville, tandis que Boissy, venu hier de Batna, passait la journée avec nous. Dans l’ensemble, après les festivités de la nuit, tout le monde était assez vaseux et le tonus de l’escadrille assez faible. J’ai fait partir une bonne partie de mon courrier de fin d’année. Grande discussion à table sur la franc-maçonnerie, ses buts et son influence réelle.

Vendredi 26 Décembre 1958 - RAV avec Leboucher en ZI 315 (RW 48-58). Signes de forte activité dans tout le coin. Nous découvrons cinq mulets et un homme dans les éboulis d’El Baal. Straffing et intervention des Corsairs en BS. L’après-midi chancellerie et visite d’un commandant de Télergma, dont j’ignore le nom.

Samedi 27 Décembre 1958 - Pas de vol de toute la journée, la mission de guidage à laquelle je devais participer ayant été annulée. Je descends en ville faire quelques achats et je termine (ou presque) mon courrier de Nouvel An.

Dimanche 28 Décembre 1958J’ai passé la matinée à rédiger les lettres de Bonne Année non encore écrites. Messe à 1l heures. Vol en RW 48 avec Leboucher : guidage de B 26 (Marquis Bleu) en straffing et attaques roquettes sur des objectifs déjà connus et repérés. Le soir au mess grande discussion sur un sujet qui n’est pas nouveau, mais qui semble inépuisable méthodes d’éducation et efficacité comparée des Anglais et des Américains dans ce domaine.

Lundi 29 Décembre 1958 - Deux RAV dans la journée, l’une en ZI 307 derrière le Cne Arnaud, l’autre avec Duhaumont en ZI 314. Fortes turbulences et tabassage de première classe ! A la suite d’incidents variés, les cartes de Nouvel An de l’escadrille ne sont pas encore tirées, de telle sorte que ce matin tout le monde s’est mis à la photo à grand renfort d’imprécations contre l’imprimeur, la section photo de Télergma et tutti quanti !

Mardi 30 Décembre 1958 - L’opération "Cartes de Nouvel An" continue. Le Lt Thomazo rentre d’Alger où il était en permission. Rivayran part en stage de ski. Le S/C Roger est nommé adjudant. De Quatrebarbes et Spiess ainsi que les appelés de la classe 56/4 s’en vont vendredi. RAV avec Leboucher dans le Dj. Taktiout et le Mezbel encore du vent, toujours du vent ! L’installation des Pipers sur la base se précise.

Mercredi 31 Décembre 1958 - RAV avec Duhaumont en ZI 315 (El Hammam, Guélaa, Djélida, etc.) et le soir avec Bruguières en ZI 314. Je suis arrivé ce mois-ci à effectuer un total de 78 h et quelque de vol, ce qui bat, et de loin, mes records précédents. J’ai effectué deux rondes de nuit comme officier de garde et trouvé une sentinelle en train d’écouter la radio, une autre en train de fêter le Nouvel An avec un copain. Bu le champagne avec toute l’escadrille à minuit, juste au cours de ma première ronde.

Jeudi 1° Janvier 1959 - L’adjudant Pellon a mis en prison les deux sentinelles, ce qui a failli faire un drame, l’une d’entre elles s’étant tiré une balle dans le pied avec sa MAT 49. Enquête de gendarmerie, remue ménage, etc. Le garçon en question risque fort de payer assez cher son geste. J’ai participé à une opération roquettes et straffing sur la palmeraie entre El Oudja et Khanga Sidi Nadji. L’après-midi, sur le Ras Tenaoua, Grenier, Ecoffet et Thomazo se font toucher les uns après les autres, d’où déclenchement de la chasse lourde avec BS, etc. L’avion de Grenier perdait de l’essence à plein tube. L’opération a mis aux OPS (PC opérations) une animation que l’on n’avait plus connue depuis les grands accrochages de l’époque Gimbert.

Vendredi 2 Janvier 1959 - Coulon, Guyon et leurs femmes ont failli se faire tuer hier soir par un caporal-chef du R.I.C qui est devenu fou et qui a vidé dans leur appartement un chargeur de MAT 49. J’ai rendu compte au Colonel de l’affaire Moscardo ; le toubib vient d’ailleurs de faire examiner l’intéressé par un psychiatre. Arrosage de départ pour les appelés de la 56/4 Spiess, De Quatrebarbes et Mariage notamment. Je vole près d’El Oujda avec le Cne Arnaud : nous straffons des mulets en pagaille aux alentours du poste. Reçu un paquet de la Ville de Lyon et un mot très aimable de Cuvilier (contrôleur BDF à Lyon). Maman m’envoie un superbe matériel d ‘écriture (vert et blanc), ainsi que les photos du mariage d’Yves.

Samedi 3 Janvier 1959 - Batna monte à la six-quatre-deux une opération sur le Ras Ténaoua avec bombing et straffing aérien, deux compagnies portées de la Légion devant, durant le même temps, aller de Zribet à Tadjemout, grimper au Ténaoua, s’en assurer le contrôle et redescendre pour être sorties des montagnes avant la nuit. Nous avons passé la journée à protéger les légionnaires qui, en fait, n’ont pas dépassé Tadjemout. J’ai volé une première fois avec Bruguières et expérimenté, sur la VHF, la hargne du Cne Couteau. L’après-midi, j’étais derrière le Cne Ar

Dimanche 4 Janvier 1959 - J’ai passé la matinée au Nyssen (bâtiment de tôle dans lequel nous avons nos chambres) en attendant la messe qui n’a pas eu lieu, le garage ayant oublié de faire prendre le prêtre en ville. Répondu à une lettre de Madeleine Mergoux, reçue hier. J’ai volé en RW 48 avec Leboucher. Les Pipers finissent leur installation, les officiers sont arrivés aujourd’hui et paraissent très sympathiques. Je crois que nous aurons avec eux d’excellentes relations.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Lundi 5 Janvier 1959 - RAV derrière Duhaumont en ZI 303, "au sud d’une ligne idéale" concoctée par l’état-major et qui fait les délices de l’escadrille. L’après-midi, mission avec Leboucher dans la cuvette du Taktiout; au retour nous faisons un passage en box à quatre sur la base. Le torchon continue à brûler entre le colonel et l’escadrille, les sujets de friction ne manquant pas : discipline générale, fonctionnement du mess, organisation de la base, etc. Il y a eu aujourd’hui un accrochage particulièrement vif entre le colonel et Leboucher. J’ai tapé et expédié plusieurs citations, dont la mienne !

Mardi 6 Janvier 1959 - Jour des Rois. J’ai volé trois fois aujourd’hui. Avec 6 h 45 de vol et quatre atterrissages, j’ai nettement battu mes précédents records pour une même journée. J’ai accompagné successivement Thomazo, puis le Cne Arnaud et enfin Leboucher, mais aucune des trois RAV n’a apporté de découvertes intéressantes. Le soir arrosage en l’honneur de Nicolas Thomazo, de la fille du Lt Boivin, des galons d’adjudant et de la médaille militaire de Roger, etc.. Après le souper, nous avons tiré les rois avec quelques mécanos, en fait toujours la même fine équipe (Lartigue, Rambaud, Jauer, Tixier, etc. ).

  Cliquez pour agrandir
   
 

Mercredi 7 Janvier 1959 - J’ai fait du courrier toute la matinée. Après le déjeuner, RAV en ZI 314avec Leboucher. Nous repérons un petit camp sur la face nord de l’Azreg. La matinée a été marquée par un accrochage dans le Ksoum, avec participation d’un Piper et de l’escadrille. Dix fellaghas auraient été tués et deux autres faits prisonniers. Le S/Lt Fage, l’un de nos premiers stagiaires reçoit une balle dans la hanche au cours de l’engagement. Notre aumônier rentre aujourd’hui de sa tournée dans le Sud.

Jeudi 8 Janvier 1959 - Je vole avec Duhaumont pour une Pro-Héliportage. Au cours de l’opération, nous faisons prisonnier (!) un fuyard, que nous avons fait récolter par une Alouette. L’après-midi, Guigue découvre des fellaghas sur l’Ahmar Kraddou, mais le P.C. Air étant en train de préparer une hypothétique opération pour le lendemain, sa découverte n’est pas exploitée.

Vendredi 9 Janvier 1959 - Déclenchement d’une grande opération en ZI 303, avec les "Macaire" naturellement ! Il semble que notre escadrille ne soit bonne qu’à faire les RAV. Je vole avec Leboucher en RW 58, puis plus tard avec Déplat dans le Mezbel. Un troisième officier rejoint le contingent des Pipers. Reçu un mot de François Paour, qui vient de rentrer à Caen après six mois en AEF et qui devient instructeur des élèves-observateurs.

Samedi 10 Janvier 1959 - Il y a toujours des tiraillements entre l’escadrille d’une part, et la base et le P.C. Air d’autre part. Dans le premier cas, c’est le mess qui est le principal sujet de discorde. Pour Batna, c’est la personnalité du Cne Couteau qui est en cause. Dès son arrivée, il s’est pris pour le Roi-Soleil ! J’ai tapé des citations et rédigé un peu de courrier durant la matinée. Après le repas, RAV en RW38 avec Duhaumont RAS. L’arrivée des Pipers a mis un peu d’animation au mess, car les trois officiers du détachement sont très sympathiques et tout laisse à penser que nous allons bien nous entendre. Reçu un petit mot de l’abbé Kortekaas, Curé d’Autreville.

Dimanche 1l Janvier 1959 - Journée de repos ; pas de vol prévu. La météo est d’ailleurs si peu favorable (brouillard et bruine) qu’aucun avion ou presque ne décollera. Reçu d’Ann Jones un livre, qui est en fait un résumé du Manchester Guardian pour l’année 1958. Réunion de la commission du mess pendant une grande partie de l’après-midi. Discussions toujours mouvementées, mais on peut toujours espérer qu’il en sortira quelque amélioration. Reçu un mot, très gentil, d’Yves Dégaches. (BDF St Etienne).

Lundi 12 Janvier 1959 - Reçu de Bernadette tout un paquet de livres, qu’elle m’a fait passer par le fils du Dr Balvet, rentré ce jour de permission. Visite sur la base d’un Dassault SS11 en mission dans le secteur. Dans l’équipage, je retrouve le Lt Giraud que j’avais vu ici début 1958. J’apprends la mort, au cours d’une opération en Kabylie, du Cne Graziani (6° RCP) que j’avais connu en juillet dernier comme officier 2° Bureau de la 10° D.P. durant l’opération "Prosper". RAV en ZI314 avec Duhaumont la mission est interrompue pour nous permettre d’aller en renfort des troupes au sol, qui se sont fait accrocher dans le secteur de Téniet el Abed. Nous mitraillons quelques HLL et guidons les Mistrals sur l’objectif. Résultats assez incertains du fait d’un relief assez accidenté.

Mercredi 14 Janvier 1959 - Mission Feu dans le Dj. Azreg derrière Leboucher. Essai d’utilisation de bombes lacrymogènes aux ordres de Calcin 71 (Cne Couteau), qui se mélange toujours les pédales, mais semble s’humaniser. Voyage de notre OLAT à Ouled Djellal. Attaque d’un petit poste au sud de Barika. Le soir j’assiste à la réunion d’un groupe d’amitié constitué par l’aumônier.

Jeudi 15 Janvier 1959 - Mission RAV en ZI 314Est, derrière Duhaumont. Nous apprenons la mort du Père Loison (Aumônier de la Base de Caen) victime d’un accident d’avion. Reçu une lettre de Maman et un petit mot de Madeleine.

Vendredi 16 Janvier 1959 - Il a soufflé toute la journée un vent à décorner les boeufs. Essai de RAV avec Leboucher en ZI 314, mais nous n’insistons pas. Les turbulences étaient si fortes qu’à deux mains il avait du mal à tenir le manche. J’ai donc tapé des projets de citation durant l’après-midi. Reçu une grande lettre de Madeleine, très gentille.

Samedi 17 Janvier 1959 - RAV dans le Dj. Mezbel et les environs avec Duhaumont. Nous guidons des Mistrals sur des objectifs connus de ce secteur : les "Mulet Bleu" nous sabotent complètement le travail ! Je termine un citation pour René Schoen et je bouquine un bon moment.

Dimanche 18 Janvier 1959 - Messe à 1l heures comme tous les dimanches. L’aumônier a installé une nouvelle croix (en tubes d’aluminium) au dessus de la chapelle et il rêve de se procurer une cloche. Visite d’un équipage de La Réghaïa avec le S/Lt Castagnos, qui était en stage à Aulnat avec moi. Harlaut serait à Khenchéla et Luc à Sétif. RAV avec le capitaine dans le Dj. Bouss et le Maklouf ; nous guidons en ZI 314 une patrouille de Corsairs qui se promenaient dans le coin, non sans quelques protestations du PC Air. Je fais mes premiers essais de travail à la jumelle. Avec un peu d’habitude, on doit pouvoir en tirer quelque chose au cours des RAV. Je suis de garde ce soir sur la base, avec ronde prévue à 2 h 30.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Lundi 19 Janvier 1959 - Passage du Lt Colonel Loridan, qui doit remplacer le Col. de Saint Venant; mais qui pour l’instant allait faire une RAV prisonnier à Ouled Djellal. Les légionnaires lancent une petite opération en RW 48, mais ne trouvent personne, tous les oiseaux s’étant envolés. J’accompagne le Cne Arnaud pour une pro-convoi entre Chir et Menaa, puis participe à une RAV derrière Bruguière dans l’Ammar Kraddou. Visite du Cdt Legrand, qui brasse toujours autant d’air et qui se prend de bec avec le colonel Maurin.

Mardi 20 Janvier 1959 - La période des vaches maigres commence ( les dépenses de carburant et donc les heures de vol sont désormais contingentées pour des raisons budgétaires; en fin de mois le rythme des sorties se ralentit de ce fait assez nettement) ; nous en sommes réduits à faire des pro-convoi, en l’occurrence Baniane-Drauh derrière Duhaumont. Petit accrochage, assez pagayeux, au nord de Tolga. Le Lt Kirscher n’arrive pas à faire faire aux biffins ce qu’il souhaite et Calcin 71 s’obstine à mettre son nez partout, faisant tirer six SS11sur des trous de rochers choisis à peu près au hasard. Arrivée du remplaçant de Biola.

Mercredi 21 Janvier 1959 - Toujours les vaches maigres. Je vole avec Bruguières pour une RAV dans l’Ahmar Kraddou, à hauteur de Rhoufi-Rassira. Je tape un petit lot de citations et reçois une lettre de Mme Jean Rossi. Déplat a eu un fils hier, prénommé Didier Il est tout à sa joie et tire des plans pour essayer de partir en permission d’ici une semaine. Quant à Rivayran, il vient de se luxer une épaule en faisant du ski à Val d’Isère son séjour en France s’en trouvera prolongé de 10 jours.

Jeudi 22 Janvier 1959 - Pas de vol ce matin, le Lt Kirscher effectuant ses débuts sur T6. Après le déjeuner RAV dans la ZI 307 avec Leboucher. La mission est vite interrompue pour participer à la recherche d’un avion de Kenchela qui s’est écrasé dans les Béni Memmoul au nord du Djebel Haouia. L’avion semble avoir déclenché et il a brûlé au sol pendant plus de deux heures. Le DIH (détachement d’intervention héliporté) envoyé sur les lieux n’a trouvé que des corps complètement carbonisés et, compte tenu du nombre d’avions qui patrouillaient à la fois sur les lieux, il est presque miraculeux qu’aucune collision ne se soit produite. Visite annoncée du Général Magne et arrivée à Blida de deux T6 destinés àl’escadrille. Le capitaine les enverra chercher, sans doute dés demain.

Vendredi 23 Janvier 1959 - RAV le matin avec le Cne Arnaud en ZI 314 et l’après-midi derrière Géhin en ZI 307.(Bou Zokhra, Dokhrane, etc.). J’ai joué au bridge le soir avec l’OLAT et les Pipers. Suite au crash d’hier, de nouvelles dispositions sont prises par les autorités pour améliorer la sécurité en vol. Un seul avion effectuera la RAV, l’autre tournant aux alentours pour assurer sa protection. Les équipiers sont naturellement peu satisfaits de ce système et les protestations pleuvent. Ecoffet et Grenier sont partis à Blida chercher nos avions. L’illustre adjudant Ballaire revient à l’escadrille et l‘adjudant Broquet part faire un C.I. à Bremgarten.

Samedi 24 Janvier 1959 - Grande séance de nettoyage à l’escadrille en l’honneur du Général. Le Capitaine Arnaud effectue une liaison sur Tébessa à l’occasion d’une prise de commandement. et s’arrêtera aussi à Khenchela, où se déroulent les obsèques de nos camarades victimes du crash d’avant-hier. RAV en ZI 314 et guidage de Corsairs sur divers objectifs. Nous apercevons un fellagha, qui disparaît sans demander son reste.

Dimanche 25 Janvier 1959 - Pas de vol aujourd’hui. Je termine avec Bruguières la mise à jour des fiches de progression du P.N. (personnel navigant). Messe à 1l heures avec le Père Blanc, qui, pour son sermon, s’est surpassé, malheureusement dans le mauvais sens ! Je fais un bridge avec l’OLAT et les Pipers en attendant l’arrivée du général, qui atterrit finalement à 18 h 30 et se hâte de partir aussitôt à Biskra pour y dîner et y dormir.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Lundi 26 Janvier1959 - Suite de l’inspection éclair du général Magne, qui, accompagné du colonel Delachenal, du Cdt Gélin et du Cne Payen, a passé à peine 10 minutes aux OPS, écoutant d’une oreille distraite et surveillant sans cesse sa montre. Il a fini par décoller à 9 h moins 10 à la grande satisfaction de tous. Visite dans la journée du Colonel Loridan. RAV en ZI 315 (Ras Ténaoua et Tadjemout) avec guidage d’une patrouille de Mistrals. L’avion d’Air Algérie reste quatre heures en panne sur le terrain. Bruguières fait une liaison Touggourt avec la secrétaire du Col. Menu. Les échecs sont actuellement à la mode au mess officiers. Reçu un courrier de F. de Quatrebarbes (dit 4 Poils) qui est rentré dans son Auvergne natale.

Mardi 27 Janvier 1959 - RAV avec Grenier dans la région de Tkout et Chennaoura. L’après-midi décollage avec Bruguières pour une RAV urgente dans les Béni-Melloul. Calcin 71 en mission dans le coin s’est fait tirer du sol et a du se poser en catastrophe au nord de la ZI 315 (avec Boissy à bord). Gros déclenchement de moyens lourds dans le secteur RX 51 tandis qu’à proximité les troupes au sol commencent une opération en bordure de la forêt. Visite sur la base du général REDON, Cdt de l’ALAT.(Aviation légère de l’Armée de Terre). Départ de Leboucher pour un stage de ski.

Mercredi 28 Janvier 1959 - RAV derrière Grenier nous retournons dans le même coin qu’hier. Déclenchement d’un opération de bombardement près de Rhoufi sous les ordres de Calcin 70. L’objectif est un malheureux village ruiné qui ne saura sans doute jamais ce qui lui a valu un tel honneur ! Décollé à nouveau avec le Cne Arnaud, pour couvrir les Trosol, qui allaient aux résultats. La baraque Fillod qui nous est destinée serait bientôt prête et il est question d’emménager d’ici une semaine;

Jeudi 29 Janvier 1959 - RAV avec le capitaine en RX 20-21-31. Le soir briefing avec les pilotes de l’escadrille et ceux de l’ALAT, en vue d’une opération qui doit avoir lieu le lendemain dans le Ksoum. Soupé le soir chez Thomazo.

Vendredi 30 Janvier 1959 - Je me lève à 5 h ¼ avec Thomazo, car nous devons accompagner les Trosol dans le Ksoum. Nous rejoignons la 2° CP au carrefour de Tolga et continuons le voyage en camion avec le peloton du Lt Mozart. Nous arrivons au pied du Djebel à moitié gelés, tant la matinée est fraîche. Nous suivons les GMS de Foum-el-Gherza dans leur fouille d’un oued important au sud du Dj. Ksoum, sans le moindre résultat au demeurant. Nous avons tout le temps de faire ainsi connaissance avec les deux officiers du GMS, qui sont extrêmement sympathiques. Retour le soir dans l‘ambulance de la 2° CP, fort heureusement vide au soir de cette opération. Je soupe à nouveau !e soir chez Thomazo. Départ de Déplat pour une permission en métropole.

Samedi 31 Janvier 1959 - RAV avec Géhin en ZI 315 Sud, sans rien d’intéressant à noter, puis une pro-convoi de 3 h entre Baniane, M’Chounech et Drauh. Le peloton Pipers s’étoffe avec l’arrivée de deux nouveaux officiers : Lt Delafont & S/Lt Bernardin.

Dimanche l° Février1959 - Journée de repos, Duhaumont m’ayant mis sur off toute la journée. Je relis les Clés du Royaume (Cronin). Messe à 11 heures et sermon toujours aussi pénible du Père Blanc. Visite sur la base de Mme Arnaud et de Mme Thomazo avec Magali et Nicolas. Essai de pluie sans réelle conviction.

Lundi 2 Février 1959 - Je participe à deux RAV, l’une avec Grenier en ZI 303, l’autre derrière Bruguières dans le Dj. Mezbel. Reçu un mot de Mireille Leynaud. Bouchet ayant oublié de me prévenir, j’ai été cette nuit Officier de Garde sans le savoir ! Heureusement, il ne s’est rien passé.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Mardi 3 Février 1959 - Nous avons eu le vent de sable toute la journée. La poussière et le sable se sont infiltrés partout, tandis qu’il soufflait un vent à décorner les boeufs. Essai de RAV en ZI 307, abandonné assez vite après une bonne séance de tabassage et un atterrissage plutôt difficile. Calcin 70, victime d’une fuite d’huile est obligé de se poser en catastrophe à Arris. Rivayran rentre de son stage de ski. Briefing de Duhaumont sur la reconnaissance photo. Visite du capitaine Chaumont de la 1° CP (Zeribet) qui semble assez sympathique Arrivée sur la base d’un contingent de jeunes recrues en provenance de Bremgarten.

Mercredi 4 Février 1959 - Le vent de sable s’est calmé. RAV avec le Capitaine Arnaud en RW 39 et guidage de deux Mistrals. Les passes de tir du capitaine sont toujours aussi acrobatiques. L’après-midi, le Lt Thomazo se crashe en ZI 307 et il est récupéré par l’hélicoptère du Lt Bacqué sans autre mal qu’une bosse sur le front. L’avion, qui est HS, est incendié par une patrouille de Corsairs (Ecoutille Noir) après que les mécaniciens aient récupéré la radio et l’armement au cours d’une deuxième rotation du Bell. Le soir panne d’électricité sur toute la base durant une heure et demie, ce qui nous vaut d’être privés de repas, le compresseur de la chaudière marchant à l’électricité. Le mess nous a fait des crêpes, marquant ainsi la Chandeleur avec 48 h de retard. L’OLAT part à Constantine, où il doit participer à une réunion d’OLAT et d’OR (officiers de renseignement).

Jeudi 5 Février 1959 - Deux opérations aujourd’hui, l’une en ZI 303, l’autre à Tadjemout. La 1° et la 20 CP (Cie Parachutiste de la Légion) sont sur le terrain et nous assurons une permanence aérienne toute la matinée. Visite sur la base de deux généraux le même jour. Le premier est un inspecteur général du Service de Santé. L’autre est le Général Brohan, Cdt le 1° CATAC (Commandement de l’Aviation Tactique) qui fait la tournée des escadrilles parrainées. Très alerte et très ouvert, il a visiblement une classe de plus que la majorité de ses collègues. Il a par ailleurs de réelles qualités de causeur et de conférencier : c’est un plaisir de l’écouter ! Retour de Boissy au PC Air de Batna : il a passé sa journée à écouter les récriminations de l’escadrille sur le comportement du susdit PC. Nous avons eu également la visite du Cdt Legrand et du Lt Col. Loridan. Ça fait pas mal pour un seul jour !

Vendredi 6 Février 1959 - Tandis que le Général Brohan nous quitte pour Djelfa, nous nous envolons pour une pro-opération dans le Dj. Mezbel, où la 1° et la 20 CP, ainsi que le 4° BCP de Tkout sont en train de grenouiller. Quelques émotions avec Ecoffet qui me ramène au terrain sans une goutte d’essence. Nous sommes de ce fait obligés de nous poser sur la piste en terre, où tout se passe d’ailleurs fort bien. Je fais ensuite une nouvelle RAV derrière Géhin. L’après-midi, réunion de la commission du mess pour établir les menus et mettre un terme au déficit qui apparaît en février. Départs en série annoncés pour la semaine prochaine : Grenier à Caen, Ségard et Leseney à Marrakech, Guigue à Thiersville, Thomazo en stage de ski. L’escadrille va se trouver réduite à l’état de squelette.

Samedi 7 Février 1959 - Pluie toute la nuit et une grande partie de la matinée. Pas de vols le matin ; j’en ai donc profité pour faire un tour au mess, examiner la comptabilité et contrôler les stocks. Visite du Lt-Col. Loridan accompagné du Lt Chrétien, qui viennent de Batna pour l’enquête relative au crash de Thomazo. RAV avec Duhaumont dans le Dj. Fouchi.

Dimanche 8 Février 1959 - Après la messe de 1l heures, grande cérémonie à l‘escadrille pour la remise des insignes aux nouveaux arrivés ainsi qu’aux Lt Bacqué et Kirscher, en tant que représentants officiels de l’ALAT. La cérémonie se poursuit par un arrosage au champagne en l’honneur des réceptionnaires, du S/C Hatte et du Sgt Tixier, qui viennent d’arriver, et de Grenier qui est sur le départ. L’après-midi RAV dans l’Azreg avec Duhaumont. Visite à l‘escadrille de Mmes Arnaud et Thomazo, de Bénatier (médecin de la base) avec sa fille Alice et du Lt-Col. Loridan (toujours pour son enquête) accompagné du S/Lt Pétain, nouveau venu au PC Air.

Lundi 9 Février 1959 - Pas de vol aujourd’hui ; nous avons attendu durant des heures un hypothétique guidage dans l’Azreg, qui finalement n’a pas eu lieu en raison d’une météo très défavorable sur Télergma. J’ai donc tapé des citations une bonne partie de la journée. Départ de Grenier pour Caen, où il va effectuer son stage d’E.O.R. L’après-midi. nous sommes descendus en ville pour acheter les cadeaux destinés à Segard et Leseney (livres, disques, stylos). Les cadeaux leur sont remis le soir au cours d’un arrosage qui doit également célébrer la mise en service de notre baraque Fillod. Après le repas du soir, dégustation de crêpes avec la participation de Mmes Arnaud et Boivin (épouse de notre officier mécanicien) ainsi que des officiers Pipers. Le S/Lt Arlaud (IMO qui avait fait son stage à Aulnat en même temps que ma propre promotion) est tué d’une balle dans la tête au cours d’une RAV dans l’Aïdel.

Mardi 10 Février 1959 - Toujours dans j’attente de notre hypothétique guidage. Accrochage en RW 78 au N.E. de Khanga-Sidi-Nadji au cours d’une opération dont Duhaumont assurait la couverture. Je participe à l’opération derrière le Cne Arnaud. Nous constatons une fois de plus une véritable pagaille chez les biffins, qui ont du mal à établir leurs liaisons radio et ne savent pas utiliser et guider correctement l’aviation. Quelques tués chez les HLL, mais aussi 3 morts et 6 blessés du coté français. Ecoutille Vert et Riquet Rouge (Corsairs et Mistrals) se posent à Biskra pour refaire le plein. Je déjeune à 5 heures de l’après-midi, de sorte que je n’ai plus guère d’appétit pour le repas du soir. Départ de Ségard et Leseney (et aussi de Thomazo, qui doit effectuer un stage de ski).

Mercredi 1l Février 1959 - Pluie et mauvais temps presque toute la journée. Pas de vols, ce qui nous a permis d’emménager dans la nouvelle Fillod. Le transfert a occupé une bonne partie de notre temps. A Batna, prise de commandement du Colonel Loridan, ainsi que du nouveau patron de l’EALA 2/72, qui va remplacer le Lt Forget. Atterrissage sur la base d’un RB-26 qui avait des ennuis moteur. Le pilote (Lt Guillet) est un officier de la 33° escadre et il s’est donc retrouvé en terrain de connaissance avec Arnaud et Duhaumont. Je fais un ronde à 2 h 30 du matin comme officier de garde.

Jeudi 12 Février 1959 - Pluie diluvienne toute la journée la base est transformée en marécage. Boissy et Ecoffet partent à Khenchéla pour les obsèques du S/Lt Arlaut. Arrivée sur la base d’un second B 26, qui vient récupérer l’équipage du premier. L’avion d’Air France est retardé jusqu’à cet après-midi sans doute en raison des conditions météo. Retour de Guigues qui rentre de son stage de ski. Fleur se serait cassé la jambe en skiant et serait donc à l’hôpital pour un mois. Arrivée annoncée de deux ‘mitrailleurs’ (en fait des observateurs non-gradés) et d’un PER.(pilote élémentaire de réserve).

  Cliquez pour agrandir
   
  Cliquez pour agrandir
   
 

Vendredi 13 Février 1959 - Pluie le matin, mais le temps s’éclaircit dans la journée. RAV en RW 48 derrière le capitaine. Après avoir straffé un cheval, nous volons un moment au dessus de la couche nuageuse : le spectacle était magnifique. Retour de Déplat et du S/Lt Rieu, l’un et l’autre en permission. Réunion de la commission du mess pour l‘élaboration des menus ; la situation financière s’améliore un peu. Remue ménage à l’escadrille: la V° RA décide d’envoyer un détachement de cinq avions à Bou Saada et dans cette perspective, tout le monde s’agite et se dispute. Théoriquement Boissy et Bosser font partie du détachement, mais cela ne m’aurait pas déplu d’aller faire un tour là-bas (sauf pour la Fillod, que j’apprécie bien)

Samedi 14 Février 1959 - RAV avec Duhaumont, toujours en RW 48, en dépit d’une météo peu engageante. Je tape des citations une bonne partie de la journée. Petit accrochage près de Baniane, sans résultats probants, en l’absence de troupes au sol et compte tenu des conditions météo.

Dimanche 15 Février 1958 - Corrida toute la journée pour trouver des pilotes, le programme prévoyant 3 RAV, un guidage chasse et deux pro-convois, sans parler de la liaison Touggourt. Le capitaine et Boivin (officier mécanicien) font en outre une liaison sur Bou Saada afin d’étudier sur place les possibilités d’installation du futur détachement. J’accompagne Rivayran en RW 48 pour guider la chasse lourde sur les camps et abris repérés ces derniers temps : nous avons successivement une patrouille de Corsairs pour le bombing et une de Mistrals équipés en roquettes. Retour du Père Grasser, qui revient du sud et qui doit passer une semaine avec nous.

Lundi 16 Février1959 - Je fais un peu de chancellerie avant de participer à un RAV sans grand intérêt dans la ZI 303 en compagnie de Duhaumont. L’après-midi nouveau guidage de Corsairs et de Mistrals en RW 48. Le soir au mess, grande discussion poiitico-artistique entre Boissy et l’OLAT, qui presque sur tous les sujets ont des conceptions diamétralement opposées. Prise de commandement au GATAC N01 où le général Maurin remplace le général Duval.

Mardi 17 Février 1959 - Guidage de deux patrouilles de Corsairs équipes de bidons spéciaux sur Mechta Tiza et sur un camp de l’Azreg. Retour de la demande que j’avais formulée pour aller dans les S.A.S. ; comme prévu, elle a été rejetée. Le Gala prétend que je n’ai plus de droits à permission, mais j’espère bien que les choses vont s’arranger sur ce point. Visite du commandant de l’escadrille de Djelfa, accompagné de son officier mécanicien. La 2 CV du vaguemestre percute de plein fouet l’ambulance de la base : pas de blessés, mais de gros dégâts à la 2 CV. Reçu un mot de Maurice Demeure, qui a terminé son service et vient de rentrer en France, il est nommé à Paris dans le 17° (comme inspecteur des PTT).

Mercredi 18 Février 1959 - J’ai effectué mon premier vol en Piper L 18 avec le Cne Barrière jusqu’aux environs de M’Raïer. C’est un peu un avion jouet, mais sympathique à plus d’un égard. Visite du Lt Blesch. qui a profité de son passage pour "crevarder" un vol. Le Lt Leboucher arrive à Télergma après son stage de ski dans les Alpes. Nous touchons demain deux T6, qu’il faudra aller chercher à Blida.

Jeudi 19 Février 1959 - RAV en RW 48 derrière le Cne Arnaud : nous découvrons un petit camp rebelle. Retour à la base de Leboucher ; Rivayran et Ecoffet ramènent les deux nouveaux avions depuis Blida. Visite à l’escadrille d’un cdt du GATAC d’Alger, qui vient régler diverses questions relatives au détachement de Bou-Saada ; Le B26, enfin réparé, repartira demain pour Bône. RAV avec Duhaumont et Bruguières l’après-midi en ZI 314. Le soir repas en ville je mange au restaurant du Sahara avec Bruguières, Bernardin, Boissy et Boyer; Menu : huîtres, moules, crevettes, endives gratinées, pigeons, salade et fruits, Je tout arrosé d’un Traminer Targui, café et cognac. Très bon repas pour cette sortie qui coïncidait avec le premier anniversaire de mon arrivée à l’escadrille.

Vendredi 20 Février 1969 - Guidage Corsairs avec le Cne Arnaud en RW 48 quatre bombes au but seulement, mais de bons résultats quand même. En tournant longtemps dans ce secteur, nous découvrons une grande quantité de casemates réparties un peu partout. Il faudra certainement beaucoup de moyens lourds pour traiter toutes ces installations. Arrivée à l’escadrille de deux caporaux mitrailleurs, Réveillard et Jemetz, auxquels nous réservons l’accueil habituel. L’OLAT avait échangé sa tenue avec celle du capitaine, Boissy s’était transformé en mitrailleur leader, tandis que Jauer leur menait la vie dure à l’armurerie. Malmenés et un peu affolés, les nouveaux arrivants mettront bien 24 heures à se remettre. Pendant ce temps, Guiges réussit à mettre le feu à un dépôt de munitions installé sur la face nord de l’Ahmar Kraddou. Après le repas, nouvelle réunion de la commission du mess. Une économie de 400.000 frs a été réalisée en janvier, mais à ce rythme il faudra encore se serrer la ceinture pendant au moins deux mois pour résorber le déficit.

Samedi 21 Février 1959 - Nos mitrailleurs effectuent leur premier vol à l’escadrille. Guidage avec Bruguières d’une patrouille de Corsairs équipée de bombes, de deux patrouilles de Mistrals armées de roquettes et d’une dernière dotée de bidons spéciaux. Très bon travail d’ensemble de la chasse lourde. L’après-midi RAV derrière le Cne Arnaud dans le secteur El Baal -- Tirliccia et le soir vol de nuit avec bombing à huit appareils en RW 48. La visibilité est excellente et le vol très agréable.

Dimanche 22 Février 1959 - Repos toute la matinée et messe à 1l heures. L’aumônier repart dans le sud pour trois semaines. Après le repas, je fais un vol avec Leboucher dans le Mezbel. Le soir, nouveau vol de nuit, mais cette fois-ci ce seront les mécanos qui profiteront de la sortie.

Lundi 23 Février 1959 - Nouvelle séance de guidage de la chasse lourde en RW 48 en compagnie de Duhaumont. Bruguières trouve un petit camp rebelle près d’Oulach.

Mardi 24 Février 1959 - Accrochages en série dès le début de la matinée, d’abord dans le Djebel Bouss, où Piper-Yankee (S/Lt Gouss) découvre une petite bande de fells, ce qui déclenche un straffing et une intervention de la chasse lourde ; bilan 5 tués et 3 prisonniers. A 1l heures accrochage entre Prenant Pourpre et des fellaghas au pied du Dj. Fouchi, à proximité du camp romain ; intervention de Bruguières et de Guigues, puis de Calcin 70 et enfin de trois patrouilles lourdes. Le Cdt Tournier (Calumet 16) profite de son passage à Biskra pour faire lui aussi une petite mission. Visite du Col. Loridan et arrivée du Cdt Saint Cricq (patron de la 33° Escadre) accompagné du capitaine mécanicien de la 330 ER ; ils doivent rester avec nous jusqu’à samedi. Un T6 de Kenchéla (S/Lt Avarre) se crashe dans les Béni-Melloul à la tombée de la nuit. Au cours de l’opération SATER déclenchée à la suite de cet accident, un deuxième avion, piloté par le Lt Lemeur, disparaît à son tour dans le djebel. Aucune nouvelle des deux pilotes.

Mercredi 25 Février 1959 - Pluie toute la journée. Aucun vol du fait des conditions météo. Je passe une partie de l’après midi à jouer au bridge avec le Cne Arnaud, le Cdt St Cricq et Déplat. Le S/Lt Avarre de Khenchela, qui avait sauté en parachute au dessus des Béni Melloul est retrouvé sain et sauf ; il s’en tire avec une jambe cassée. Par contre le Lt Lemeur s’est bien planté, sans doute à cause de la météo. L’escadrille de Khenchela est très sérieusement secouée par ces deux accidents.

Jeudi 26 Février 1959 - Toujours la pluie. Les gens et les autos s’embourbent et nos illustres visiteurs sont dégoûtés du climat de Biskra. J’ai retenu en ville ma place d’avion pour mon départ en permission dans trois semaines. J’ai ensuite accompagné le Cdt St Circq dans l’Ahmar Kraddou. Il pilote le T6 très convenablement et de façon prudente, ce qui n’est pas un mal. Reçu une lettre de Maman qui s’est lancée dans de grandes réparations. Elle a retapissé la salle à manger et s’attaque maintenant à la chambre du fond.

Vendredi 27 Février 1959 - Pluie et repluie ! Jusqu’à quand cela va-t-il durer ? La base est transformée en un immense lac. RAV sans intérêt en ZI 303, toujours derrière le Cdt St Cricq; qui effectuait ses premiers essais de tir en T6. Les passes du début ont été un peu approximatives, mais ensuite le tir s’est très bien ajusté. Le convoi Tkout-Arris tombe dans une embuscade : 3 morts et 5 blessés. Le soir un tué à Ménaa ; à chaque fois la météo nous a empêché d’intervenir efficacement.

Dimanche 1er Mars 1959 - Fin de la pluie après quatre jours d’intempéries presque continues. Nous commencions à perdre patience. Départ sur Réghaïa du Cdt St Cricq et du Cne Renault qui vont passer quelques jours avec nos camarades de la 11/72. Le départ du détachement pour Bou-Saâda est fixé à demain matin. Composition de la première équipe : Leboucher, Déplat, Géhin, Rivayran, Gajewski, Bosser, Jemetz, Launay, Mermet, Jauer, Pim, Vong, etc. Au PC Air, Prigent se morfond toujours dans l’attente d’un remplaçant qui paraît de plus en plus incertain.

Lundi 2 Mars 1959 - Premier vol avec Robert, l’un des deux nouveaux PEA (pilotes élémentaires d’active), dont c’est le lâcher opérationnel. Un peu nerveux au départ, mais il ne se débrouille pas mal, sauf pour le trafic radio, où il est vraiment perdu. Le Cdt Legrand ayant fait un sac à propos du mess, le malheureux Bénatier (médecin de la base) est pris à partie par le Colonel Maurin qui l‘accuse d’avoir participé à la manoeuvre et qui voudrait l’obliger à déposer une demande de mutation. Arrosage de départ de l‘adjudant Morot et du sergent Lartigue, surnommé "Cambrinus".

Mardi 3 Mars 1959 - Poursuite des lâchers : vol avec Gajewski qui a l’air très à l’aise et dans l’ensemble plus sûr que Robert. Le soleil commence à chauffer sérieusement. L’OLAT part en permission dans quelques jours pour essayer de récupérer son mobilier avant son départ en France.

Mercredi 4 Mars 1959 - RAV avec Duhaumont dans le Dj. Fouchi. Straffing de quelques coins où il semble qu’il y ait eu de l’activité tout récemment. Nous abattons plusieurs mulets ou chevaux dans le secteur de Tazleft. RAV pipe-line de Chaab-el-Bel à El Outaya avec le S/Lt Caillet. Départ du détachement pour Bou-Saâda après toute une série d’ordres et de contrordres.

Jeudi 5 Mars 1959 - Nouvelle RAV avec Duhaumont, cette fois dans l’Ahmar Kraddou. Guidage d’une patrouille de chasse armée en bombes et B.S. sur un camp situé dans des éboulis. L’après-midi, match de foot contre l’équipe des transmissions. Je manque sérieusement de jambes et de souffle et je termine la rencontre plein de courbatures. Le Lt Batignani (Pipers) rentre de Négrine, où il va être remplacé par Bernardin. Mme Arnaud retourne en France et le capitaine l’accompagne jusqu’à Maison Blanche en T6.

Vendredi 6 Mars 1959 - Pas de vol aujourd’hui, le guidage auquel je devais participer ayant été annulé en raison des conditions météorologiques. Visite du Cne Couteau venu faire une RAV prisonnier avec l’OLAT. Retour du Lt Kirscher, qui rentre d’El Oued. Nous apprenons la mort du Lt Chayé (ancien cdt en second de la 16/72), victime d’un accident en service aérien commandé à Luxeuil. Sa disparition crée un choc à l’escadrille qu’il avait quittée il y a moins de six mois. Le Lt Chrétien. de Batna va rentrer sous peu dans son escadre à Orange.

Samedi 7 Mars 1959 - Opération sans résultat dans le Metlili. Je fais la pro convoi Arris-Tkout et Arris-Nouader avec Robert. Visite du Cne Poutier (Sidi Okba). Le Météor de la chasse de nuit se pose sur le terrain avec le B 26 qui lui sert de plastron.

Dimanche 8 Mars 1959 - Repos le matin et messe à 1l heures. Je participe avec le capitaine Arnaud à un guidage de chasse lourde en RW 48. L‘opération se déroule dans une pagaille radio à peine croyable. Visite sur la base d’un groupe de journalistes et de députés allemands en tournée d’information.

Lundi 9 mars 1959 - Protection convoi avec Robert. Le vent de sable se lève dans la matinée et dure tout l’après-midi atteignant 45 noeuds plein travers. Visite du Lt Col. Loridan et de son Broussard. Le Lt Pourcin (5° CP-4° REI) et le Lt Gauthier (GMS 90) participent à une RAV en ZI 315, pour les llieux où se déroulera l’opération prévue pour demain.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Mardi 10 Mars 1959 - Protection de Prétexte Gris et Chevrette 9 qui montent en opération jusqu’à Ouled Krenag avec les camions. L’après-midi Chevrette tombe dans une embuscade en poussant une reconnaissance jusqu’à El Hammam une forte bande rebelle, bien retranchée, leur tire dessus avec des FM et une mitrailleuse. La chasse lourde intervient malgré une météo assez mauvaise. DCA extrêmement violente : Thomazo rentre avec 12 impacts, Duhaumont avec 4 ; les deux Macaire Violet (S/C Zimmer, Lt Enault) sont touchés et viennent se poser à Biskra, ainsi que Calcin 70 touché lui aussi. Le Cne Arnaud dont le moteur a été atteint se crashe sans mal près de Garta. Un Corsair et un hélico Bell reçoivent eux aussi des balles et la patrouille Ecoutille Rouge vient se poser pour vérification sur la base ; nous retrouvons ainsi le Lt de Vaisseau Cousin, qui était avec nous à Ouargla et qui avait incendié l’avion de Fritière en ZI 306.

Mercredi 1l Mars 1959 - Montage d’une opération de grande envergure avec le 7° RTA et un DIH pour dégager Chevrette qui a fortement souffert hier soir ; les dégâts sont pires que prévus: 8 morts, dont les deux lieutenants du GMS, 18 blessés et près de 30 disparus. Sur les lieux de l’accrochage, les fells se sont naturellement volatilisés, mais l‘activité rebelle reste vive dans toute la région. 3 fellaghas tués par Rancune Brun dans le Bled Selga, 40 autres aperçus vers El Haouch, un groupe avec FM localisé à Branis, etc. Quatre Macaires (Lt Enault, S/Lt Ginestet, S/C Zimmer, Cne Ladouce du GALA) sont détachés à Biskra où ils resteront toute la journée. Ecoutille Gris vient se poser dans la matinée et le DIH le soir.

  Cliquez pour agrandir
   
 

Vendredi 13 Mars 1959 - Toujours du vent, encore du vent. Nous touchons deux nouveaux T6 que Duhaumont et Thomazo vont chercher â Blida. L’adjudant Gourlici (Macaire 30) vient renforcer notre effectif durant leur absence. Enterrement du Lt Bertin et du Lt Gauthier (GMS 90). J’ai mon billet d’avion pour mardi ; le soir arrosage de départ du Lt Treff.

Samedi 14 Mars 1959 - Thérèse a 18 ans aujourd’hui. Nous avons reçu de Pick un colis de plus de 200 huîtres. Accompagné le Cne Arnaud pour un guidage de chasse lourde dans l’Ahmar Kraddou (2 patrouilles de Corsairs, deux patrouilles de Mistrals). Retour de Duhaumont. Visite de Macaire 42 et de Géhin.

Dimanche 15 Mars 1959 - Je fais une pro convoi Arris-Tkout avec Robert, mais nous devons rentrer en cours de mission du fait d’ennuis radio. Messe à 1l heures - Bridge avec Frémeaux, Kirscher et Treff. Bernardin et son pilote (Sgt Pierrat) se tuent à Négrine à cinq heures de l’après- midi. Bernardin devait se marier dans quinze jours.

Mardi 17 Mars1959 - Voyage Biskra-Alger par Air France.

Mercredi 18 Mars1959 - Vol Alger-Lyon parAir Algérie.

Samedi 1l Avril 1959 - Retour à Biskra à l’issue de ma permission.

Dimanche 5 Juillet 1959 - Messe à 7 h ½ à Batna, où le curé a une voix et une manière de prêcher, qui me courent sur les nerfs. Pro-convoi avec Chambard de M’Chounech à Tighanimine. Nous sommes relevés par Déplat. Le soleil commence à taper dur et les moissons battent leur plein un peu partout dans la région. Grande discussion avec Boissy sur les gauchers et les droitiers. Le Capitaine Arnaud rentre d’Ouled Djellal où il était parti s’acheter une couverture : il part après-demain pour la France, ainsi que Pizot qui était le vétéran de l’escadrille. Le départ pour M’Sila est fixé à mercredi. J’ai fait du courrier l’après-midi et notamment répondu à Thérèse, très affectée par son demi-échec au bac.

  Cliquez pour agrandir
L'avion d'appui feu T6 en mission (celui-ci est armé de roquettes)
   
  Frédéric BONNIER